"En phrase terminale" ….

Danièle HENAUT-HULEUX dans tous ses états.

Archive pour la catégorie 'Jardin secret'

Lettre à notre père aliéné, ciblé, rejeté…

Posté : 11 août, 2021 @ 8:06 dans Jardin secret | 4 commentaires »

enfant-exclut
Voici ce que pourront écrire un jour à leur père Loulya et Aleister…
Merci de t’être battu pour nous…
Merci d’avoir fait tout ton possible pour comprendre notre réalité, notre peine, notre détresse…
Nous aimerions avoir la force de passer par-dessus notre honte et notre culpabilité. nous aimerions être capables de sortir toutes les paroles de notre mère de notre tête, recommencer à zéro et réapprendre à te connaître…
Nous aimerions avoir une relation normale avec toi. Mais nous te remercions d’y aller à notre rythme…
De ne pas seulement comprendre la réalité dans laquelle nous vivons, mais de l’accepter…
Merci de comprendre qu’il est impossible pour nous de démontrer de l’affection…
Merci de nous répéter que ce n’est pas de notre faute. À l’époque, nous aurions aimé que tu nous abandonnes pour que nous arrêtions de souffrir. Aujourd’hui, nous sommes reconnaissants que tu te sois battu car nous savons que notre souffrance aurait été bien plus grande…
Nous aurions aimé être plus forts et résister…
Nous savions que tu serais toujours là pour nous…
Nous aurions aimé être capables de te le dire…
Nous aurions aimé pouvoir t’aimer autant qu’elle, du moins te le démontrer…
Nous aurions aimé te dire que nous ne pensions pas tout ce que je nous avons dit…  
Que nous avions mal…
Que nous t’aimions toujours…
Nous savons que tu comprenais tout cela. Tu as été fort…
Heureusement, tu as fait beaucoup plus de bonnes choses que de mauvaises. Tu t’es battu pour nous. Même si notre relation ne faisait que se détériorer, tu n’as pas perdu espoir.  Tu nous as aidés à nous libérer de l’emprise de l’aliénation. Tu nous as aidés à nous construire une identité propre…
À comprendre quand nous étions prêts. A y aller à notre rythme…
Tu sais que nous t’aimons même si nous ne sommes pas capable de te le dire.
Aujourd’hui, nous te revoyons. Merci.
Tes enfants Loulya et Aleister

Dérive sectaire, aliénation mentale, impact du confinement sur la santé mentale ?

Posté : 26 septembre, 2020 @ 2:03 dans Jardin secret | 2 commentaires »

Elle, Madame R. employée dans une crèche, lui, Monsieur D. son compagnon, employé dans une banque, un couple lambda, « détiennent » depuis le mois de mars (date du confinement) les deux enfants qu’elle a eu d’une première union avec Monsieur L, le père….

Sans motif connu, la mère et son compagnon empêchent les enfants de voir leur papa, de le rencontrer, de lui parler…depuis 7 mois aujourd’hui. Tous les liens côté paternel ont été rompus entre les enfants et leurs grands-parents, grands-tantes, petits cousins, plus aucune communication n’est possible par quel moyen que ce soit ….La fille ne va plus à la danse, à la zumba, le garçon lui, ne se rend plus dans son club de foot, ce qu’il aimait tant !….

Les plaintes, les mains courantes, les interventions des forces de l’ordre. Rien n’y fait… Tout le monde s’en fiche !

Il faut croire que les distances de sécurité, Darmanin, les décolletés, Didier Raoult, les tenues républicaines, Cortex, les gilets jaunes etc, passionnent plus que les pères en souffrance   !..

Ce couple, plus précisément cette mère, a beau être hors la loi, puisqu’un jugement a été rendu en 2015 accordant un droit de visite étendu au père, elle reste pour l’instant impunie….

Bien entendu un avocat a depuis lancé une procédure qui suit son cours et pendant que ce couple indélicat et dépourvu d’empathie, file le parfait amour, part en vacances, reçoit ses amis, un père et ses 2 enfants qui n’ont rien demandé à personne ainsi qu’une famille entière, souffrent en silence…

Dérive sectaire, aliénation mentale, impact du confinement sur la santé mentale ?… Tellement de questions qui restent sans réponse.

Espérons au moment du procès pénal que cette mère dénaturée écopera d’une peine à la hauteur de la souffrance qu’elle a fait endurer à tout le monde !..

Croisons les doigts.

49058018

 

 

 

 

Lettre à mes petits-enfants chéris…

Posté : 13 juin, 2020 @ 4:23 dans Jardin secret | 6 commentaires »

8fcac2dececb4b978437a9829d04ed96Je suis douloureusement privée de vous, mes deux petits-enfants chéris…..

Vous, que j’ai gardés depuis que vous êtes nés, que j’ai bercés, cajolés, chéris, adorés, protégés, veillés, vous que j’ai emmenés à l’école, matin, midi, soir, de la maternelle au CM1…Vous pour lesquels j’ai préparé des milliers de repas, de petits déjeuners, de goûters…

Vous, pour qui grand-père a acheté des poules et sacrifié une partie de sa pelouse pour vous fabriquer un poulailler, pour construire une cabane en bois, vous, pour lesquels chaque été nous installons une immense piscine, un trampoline, des balançoires …

Vous qui laissez traîner dans la maison des livres, des cahiers, des crayons, des playmobils, des peluches, des dragons, des poupées….

Vous qui changez de tenue toutes les deux heures, sortant de votre penderie respective un vêtement propre et fraîchement repassé…

Vous que j’accompagnais parfois aux sorties organisées par votre école, à la piscine, à un rallye, à une sortie « ville propre » (à ramasser les papiers dans la rue),  à des expositions diverses, aux kermesses, aux fêtes de Noël, aux fêtes des écoles, aux activités manuelles dans la classe…armée pour mon plus grand plaisir de mon appareil photo !…..

Aujourd’hui, vos téléviseurs et consoles restent tristement éteints et vos jeux vidéos sont définitivement rangés sur leur étagère…..

Le mercredi, je ne vous accompagne plus au club de foot, au cours de danse et à la zumba….

Je suis douloureusement privée de vous, mes deux petits-enfants chéris,  depuis le 13 mars 2020… et 3 mois, croyez moi, c’est long.

Parce que les deux mois de confinement ont fait leur oeuvre, avec toutes les folies dévastratrices dont tout le monde parle et cette privation est l’un des dégâts collatéral de ce fameux confinement…

Ne me demandez pas pourquoi tout ça, je l’ignore…

Je ne peux plus vous joindre, ni sur Skype, ni par mail, ni au téléphone…. Personne ne répond plus, ni aux sonneries, ni aux textos…

Je suis allée sonner à la porte de la maison de votre mère, mais elle reste fermée…… Désespérément fermée…

J’ai l’impression de vous voir partout, là où je vais, tout me fait penser à vous, si vous saviez, si vous saviez comme je pense à vous tous les jours de ma vie……Comme je souffre, comme je pleure, comme tout cela me rend malade…….

La douleur incommensurable du manque me donne le sentiment que tout est devenu fade… et j’ai oublié ce qu’était le bonheur…

Je ne sais plus quoi faire pour apaiser mon chagrin….

Et bien entendu celui de votre père, mon fils, qui est lui aussi effondré et anéanti, car lui non plus ne vous a pas revus depuis le 13 mars……Voilà 3 mois aujourd’hui…

Grand-père nous y aide un peu, mais je sais que le coeur n’y est pas.. Il doit se cacher lui aussi pour pleurer.

Qu’est devenue votre mère mes deux petits enfants innocents ? Aurait-elle perdu la tête ?

Jamais une grand-mère n’a un jour été aussi malheureuse…. Je vous aime et je vous aimerai toute ma vie…. 

Lettre à Papa et Maman

Posté : 7 septembre, 2014 @ 9:07 dans Jardin secret | Pas de commentaires »

« Chère Maman,  Cher Papa ,

N’oubliez jamais: je suis l’enfant de vous deux . Maintenant, vous ne vivez plus ensemble, mais j’ai besoin aussi bien de l’un que de l’autre.

Ne me demandez pas si j’aime plus l’un ou l’autre. Je vous aime tous les deux tout autant. Ne critiquez donc pas l’autre devant moi. Car cela me fait mal.

Aidez-moi à maintenir le contact avec celui d’entre-vous chez qui je ne suis pas. Formez son numéro de téléphone pour moi, ou écrivez-moi son adresse sur une enveloppe. Aidez-moi, à Noël ou à l’occasion de son anniversaire, de lui confectionner ou de lui acheter un beau cadeau. De mes photos, faites-en toujours une copie pour l’autre.

Conversez comme des adultes . Mais conversez. Et ne m’utilisez pas comme messager entre vous – encore moins pour des messages qui rendront l’autre triste ou furieux.

Ne soyez pas triste quand je vais chez l’autre. Celui que je quitte ne doit pas penser que je ne l’aimerai plus d’ici quelques jours. Je préférerais toujours être avec vous deux. Mais je ne peux pas me couper en deux – seulement parce que notre famille s’est déchirée.

Ne prévoyez jamais rien durant le temps qui m’appartient avec l’autre. Une partie de mon temps est à ma Maman et à moi; une partie de mon temps est à mon Papa et à moi. Soyez compréhensifs.

Ne soyez ni étonnés ni fâchés quand je suis chez l’autre et que je ne donne pas de nouvelles. J’ai maintenant deux maisons. Et je dois bien les distinguer – sinon je ne m’y retrouve plus du tout. Ne me passez pas à l’autre , à la porte de la maison, comme un paquet.Invitez l’autre pour un court instant à l’intérieur et conversez . Quand je suis recherché ou ramené, laissez-moi un court instant avec vous deux. Ne détruisez pas ce moment en vous fâchant ou vous disputant.

Laissez-moi être ramené par quelqu’un d’autre de la Maternelle ou de chez des amis si vous ne pouvez supporter le regard de l’autre.

Ne vous disputez pas devant moi . Soyez au moins aussi poli que vous le seriez avec d’autres personnes, comme vous l’exigez aussi de moi.

Ne me racontez pas des choses que je ne peux pas encore comprendre. Discutez-en avec d’autres adultes, mais pas avec moi.

Laissez-moi amener mes amis chez tous les deux. Je souhaite qu’ils puissent connaître ma Maman et mon Papa et les trouver sympa.

Mettez-vous d’accord au sujet de l’argent. Je ne souhaite pas que l’un en ait beaucoup et l’autre très peu. Il faut que ce soit bien pour tous les deux, ainsi je pourrai être à l’aise chez tous les deux.

N’essayez pas de m’habituer à la surenchère. De toutes les façons, je ne pourrais jamais manger tout le chocolat que j’aimerais.

Dites-moi franchement s’il vous arrive de ne pas pouvoir boucler le budget. Pour moi, le temps est bien plus important que l’argent. Je m’amuse bien plus avec un jouet simple et comique qu’avec un nouveau jouet.

Ne soyez pas toujours “actifs” avec moi. Cela ne doit pas toujours être quelque chose de fou ou de neuf quand vous faites quelque chose avec moi. Pour moi, le plus beau c’est quand nous sommes simplement heureux en train de jouer et que nous ayons un peu de calme.

Laissez le plus possible de choses identiques dans ma vie,comme c’était avant la séparation. Cela commence par ma chambre, ensuite sur les petites choses que j’ai faites tout seul avec mon Papa ou ma Maman.

Soyez aimable avec les grands-parents. Ils m’aiment et je les aime, ils veulent aussi être à mes côtés. Vous seriez aussi à mes côtés si je n’allais pas bien ! Je ne veux pas perdre, en plus, mes grands-parents.

Soyez “fairplay” avec le nouveau compagnon que l’un d’entre-vous rencontre ou a déjà rencontré. Je dois aussi m’entendre avec ces autres personnes. Je préfère quand vous ne vous espionnez pas jalousement l’un l’autre. Ce serait de toute façon mieux pour moi si vous rencontriez rapidement tous les deux quelqu’un que vous aimiez. Vous ne serez plus aussi fâché l’un envers l’autre.

Soyez optimistes. 

Vous n’avez pu gérer votre couple, mais laissez-nous au moins le temps que cela se passe ensuite bien. Relisez toutes mes demandes

Peut-être en discuterez-vous. Mais ne vous chamaillez pas. N’utilisez pas mes demandes pour faire des reproches à l’autre, aussi mal qu’il ait pu être avec moi ou que vous ayez cru qu’il le soit.

Si vous ne faites pas cela, vous n’aurez pas compris comment je me sens et ce dont j’ai besoin pour me sentir heureux. »

Preuve d’amour…

Posté : 15 juillet, 2014 @ 7:49 dans Jardin secret | Pas de commentaires »

J’adore mes petits-enfants… Loulya 4ans et demi et Aleister 3 ans…

Je leur consacre tout mon temps…

Ils demandent tellement d’attention, de tendresse, de câlins, de caresses…

Tant pis si je dois renoncer à mon ordinateur, à mes mots croisés, à ma lecture,

à mes émissions de télé préférées, Petit clown #1à ma marche quotidienne, à mes passions….

Je préfère jouer avec eux, les faire rire, me rouler dans l’herbe, les monter sur mon dos,

jouer aux cartes, leur faire des crêpes et des gâteaux ….

Je ne peux pas leur donner meilleure preuve d’amour !….

Point trop n’en faut !…

Posté : 9 mai, 2014 @ 3:39 dans Jardin secret | 1 commentaire »

Nous avons comme beaucoup de couples, au cours de nos nombreuses années de vie commune, connu quelques conflits, quelques désaccords, quelques querelles, sans gravité biensûr….et au final chacun de nous deux, par son tempérament est venu enrichir notre couple, par notre savoir commun, nos métiers différents !… Et il en est encore ainsi aujourd’hui. Nous ne perdons jamais le contact même lorsque nous sommes séparés. Petits mails, coups de fils le midi ou le soir maintiennent le lien jusqu’aux petits bisous du soir par texto (mon mari travaille la semaine en déplacement)… Se dire encore « je t’aime », à tout bout de champ, ne fait pas partie de notre quotidien, mais il nous arrive encore de jouer et rire comme des enfants. L’humour a toujours mis de la couleur dans notre vie. Il y a aussi les petits plaisirs réciproques disséminés ici et là tout au long des années, aucun anniversaire n’est oublié,  fête des pères et mères. Par toutes ces attentions, nous savons que nous nous aimons… Cela nous suffit … Pas d’effusion amoureuse… Par pudeur peut-être !…

« Aujourd’hui, seule la mort nous séparera. L’un de nous deux sera forcément très malheureux un jour. C’est terrible et nous n’osons pas y penser. Mais nous sommes des privilégiés puisque nous vivons en harmonie, ce que nous essayons de transmettre à nos petits enfants, que nous avons la chance de connaître et qui nous l’espérons se souviendront de nous. Nous leur parlons souvent de notre belle histoire (surtout à Loulya la plus grande qui nous questionne) et nous leur donnons beaucoup d’amour. »

 

Fête des pères 1992

Posté : 27 février, 2014 @ 9:27 dans Jardin secret | Pas de commentaires »

A mon père

Merci de n’avoir pas manqué le rendez-vous.

Cette année encore te voilà parmi nous.

Tu vois que c’est facile quand on frôle la mort

de continuer à vivre, encore et encore….

Tu te crois impuissant parce que tu es vieux

Et pourtant comme père, je n’ai pas connu mieux.

La preuve, tu es encore là

Au moment où j’ai besoin de toi.

Je ne sais quoi t’offrir, c’est vrai que tu as tout.

Les cigares, les outils, je sais que tu t’en fous.

Alors si tu pleures en lisant ce poème,

Ce sera forcèment de joie, puisque je t’aime.

N’ayant pas de cadeau à t’offrir aujourd’hui,

je te souhaite bonne fête et longue vie…

 

Mon père décédé en 1994

 

Raccourci vers le bonheur

Posté : 26 octobre, 2011 @ 3:42 dans Jardin secret | 1 commentaire »

Pourquoi trouve-t-on toujours les joies trop courtes et les peines immenses ?

C’est vrai quoi ! ça serait quand même vachement sympa une petite peine de temps en temps!

Imaginez, votre meilleur ami vient de mourir dans un accident atroce…
Hopla ! Une petite larme vite fait et c’est reparti pour des heures de bonheur, à savourer les instants insignifiants du quotidien !.. Comme si de rien n’était…

Mais non ! ça serait trop simple !…

Finalement, un ami c’est chiant ! ça vous gâche votre bonheur….

Dédicace personnelle

Posté : 21 août, 2011 @ 2:55 dans Jardin secret | 1 commentaire »

N’ABANDONNEZ PAS

Quand tout va mal, comme c’est parfois le cas.
Quand la vie semble dure et pleine de tracas.
Quand l’argent manque et que les dettes s’accumulent.
Quand vous voulez sourire mais que les larmes perlent.
Quand demain semble loin et que le moral est bas.
Reprenez votre souffle, mais n’abandonnez pas!

La vie n’est pas facile si l’on veut réussir,
c’est un combat sans fin qui ne fait que grandir.
Certains baissent les bras fatigués de lutter,
quand en persévérant ils auraient pu gagner.
Gardez toujours l’espoir et le succès viendra!
Reprenez votre souffle, mais n’abandonnez pas!

Le but est souvent plus proche qu’on ne le croît.
Celui qui capitule apprend toujours après,
qu’en s’acharnant encore une dernière fois,
il aurait pu se voir couronné de succès.

Rien ne s’obtient jamais sans en payer le prix,
Le succès ne dépend que de la volonté.
C’est le fruit du labeur et de l’assiduité.
Persévérez toujours, envers et contre tout.
Gardez la tête haute au plus dur du combat.
Reprenez votre souffle, mais n’abandonnez pas.

La triste maladie d’Alzheimer

Posté : 30 octobre, 2010 @ 8:20 dans Jardin secret | Pas de commentaires »

                                                                   

Le souvenir est un trésor
Qu’on garde en soi jusqu’à la mort
Il nous éclaire dans la nuit
Et donne un sens à notre vie.
C’est grâce à lui qu’on revivra
Les meilleurs moments d’autrefois
Et qu’on revoit de vieux amis
Comme s’ils n’étaient jamais partis.
Les souvenirs peuvent blesser
Et donner envie d’oublier
Mais ils permettent d’éviter
Les écueils déjà rencontrés
.
Que ferions-nous sans souvenirs,
Sans mémoire pour nous définir,
S’il fallait subir le calvaire
D’un mal que l’on nomme Alzheimer ?
Pouvez-vous vous imaginer
Oublier ceux que vous aimez ?
Que tous vos gestes quotidiens
Pour vous ne signifient plus rien ?
Difficile à imaginer…
C’est pourtant la réalité,
C’est pourtant le cruel destin
Que doivent endurer certains.
Ils ne sont pas seuls à souffrir
De voir sombrer leurs souvenirs:
Leurs proches aussi sont affligés
Mais cachent leurs larmes par respect.
Ils gardent leur chagrin en eux
Car chaque mot est un adieu,
Et espèrent qu’au dernier moment
Cette personne qu’ils aimaient tant
Ne gardera que le meilleur,
Gravé dans la mémoire du cœur 

12
 

La vie de Panobroudix &... |
LE CINEMA SELON Moi |
Vidéo@gag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | le blog des voisins 41500
| LES PEOPLE A POIL
| Blog Salace